Warning: Declaration of Imbalance2_Walker_Nav_Menu::start_lvl(&$output, $depth) should be compatible with Walker_Nav_Menu::start_lvl(&$output, $depth = 0, $args = NULL) in /home/clients/25664daf849f32c18dfcef265ca19d94/web/lacaravane/wp-content/themes/imbalance2/functions.php on line 93

Warning: Declaration of Imbalance2_Walker_Nav_Menu::end_lvl(&$output, $depth) should be compatible with Walker_Nav_Menu::end_lvl(&$output, $depth = 0, $args = NULL) in /home/clients/25664daf849f32c18dfcef265ca19d94/web/lacaravane/wp-content/themes/imbalance2/functions.php on line 98
La caravane voyage autour de chez moi |

La caravane voyage autour de chez moi

Du 2 au 6 Août, une semaine de récolte de sons du pays du Geminiacum au gré du vent avec Hélène Bernard. Suivit d’un atelier sonore pendant l’Open Fields Festival de Rêves le 4 Septembre.


Carnet de Voyage août 2010 – des notes –

Depuis trois jours je suis sur les routes du pays du Geminiacum avec mon amie Hélène Bernard. Nous avions l’intention de récolter du son (cloches d’église, silo à grain, chants d’oiseaux etc…) pour en faire une base de donnée qui aurait servit pour un atelier sonore le 4 août pendant l’Open Fields festival (musique électro à Rêves). Un projet artistico-culturel. Une expérience. Oui oui, quelquechose d’un peu expérimental pour et avec les gens.

Mais voilà, beaucoup de belles idées, des concepts et des envies et puis, au bout du compte, une expérience un peu bizarre mais pleine de poésie. Ce sont des interviews et quelques images de la caravane sur la route que nous avons ramenés. L’idée s’est transformée par manque de matériel adéquat et aussi parce que nous avons décidé de nous laisser porter par ce qui arrivait. Nous avons fait un “Voyage autour de chez nous”. Trois jours de déambulation avec la caravane attachée à la voiture. Nous avons parlé aux gens et présenté notre projet en faisant des intervieuws spontanées. Le marché, les bistrots, les gamins dans les rues. Nous avons reçu un bel accueil et éveillé la curiosité de quelques-uns. Entre autre chez Julie, qui est la patronnedepuis trente ans de “La grande Jatte”, le bistro  dans l’ancienne gare de Frasnes-les-Gosselies . Elle nous a guidé et soutenu dans notre démarche de récolte de témoignages sur la vie du pays. Elle nous a présentés à ces clients qui sont tous des amis, elle nous a raconté son histoire, son investissement et son rôle social dans la vie du quartier. Le côté insolite du projet caravane n’a fait peur à personne. Plutôt enthousiasmé, Monsieur Vanderhelst le chauffagiste nous a raconté ses connaissances sur la vie du pays, le lin et les ravailleurs flamand. Les silots à grain. Les usines Chassarts et le genièvre d’ici. Le lendemain c’est le témoignage de monsieur Martens que nous avons récolté. Le président de la Bibliothèque, un monsieur passionné, qui se lèvent tout les jours à 5 heures du matin et qui connaît le chant des oiseaux. La conversation est partie de questions sur les sons du passé. Quels chemins? Quels souvenirs vers aujourd’hui? Pendant plus d’une heure, nous avons fait une ballade sonore imaginaire du train à vapeur vers les moissonneuses batteuses des nuits d’été en passant par les habitudes du coucou ou des pinsons et les harmonies du cortège de Notre dame du Roux le 15 Aôut. Ensuite nous sommes allées prendre un café chez Marie “La maison de tous” le bistro du coin.  C’est elle qui est venue vers nous intriguée “que faite vous dans la région?”… Ces trois jours m’ont ramenés à des impressions d’enfance des étés à la campagne en Belgique à Bousval. Un côté triste frissonnant des jours de pluie… Drôle d’idée quand même…que ce petit périple… je m’accroche à l’idée et Hélène est curieuse et me pousse à aller plus loin… à voir… à laisser venir.


Sur la table de la caravane traînait le livre écrit par Armand Gatti sur son travail de 8 mois de rencontres avec les gens dans les campagnes du Brabant Wallon faire un spectacle sans spectateurs avec les gens du coin. J’avais un an, ça c’est passé à 15 km d’ici…dans les années 70… Je suis traversée par une petite sensation du fil du temps, de passage des idées qui restent et se perpétuent. Puis se sont des phrases dites par un gamins de 14 ans assit dans la caravane hier qui me trottent dans la tête… « Frapper sur quelqu’un, un copain qui n’est pas d’accord avec moi, ça me défoule, ça ne me fait rien, juste ça me calme. Souvent j’arrive pas à contrôler.  Mon père est mort et j’habite la cité… c’est normal il y a toujours du trafic de drogue dans les cités… Moi je vais dans une école spécial parce que je suis insupportable pour ma mère. Son copain acquiesse, moi aussi j’y vais dans cette école. » Ces enfants c’est un peu comme Ernesto le personnage de « La pluie d’été » de Duras. Celui qui avait beaucoup de frères et sœurs et qui avait appris à lire tout seul en bas de son arbre. Nous avons pris une photo d’eux, ils étaient chouettes, lumineux, avenants avec un regard et un son de voix intelligent… Nous avons enregistré une chanson qu’ils ont inventée. Du rap et de la musique Boum boum… avec la bouche.

Merci à Julie de la Grande Jatte, aux enfants, aux gens sur la route.
Merci Hélène pour ta détermination et ton enthousiasme et ta rêverie qui posent des actes sur le tout est possible.

Barbara